Ceux qui s’impliquent dans le Rhônexpress.

Consulter nos articles


La liaison entre l’aéroport Saint Exupéry et la gare de Lyon Part Dieu se devait d’être performante pour cadrer avec une de plus grande métropole de la France. La ponctualité était primordiale, tout en considérant cette effervescence résultant du trafic que l’on trouve dans le quatrième aéroport du pays. Seul un consortium de grandes entreprises, publiques et privées, pouvait être à la hauteur d’une telle tâche.

+ d'infos : tarif-avion.fr

La naissance du projet


Au cours de l’année 2007, le Conseil général du Rhône et SYTRAL décident de faire concession de l’ancienne ligne qui reliait la plus grande aérogare de la ville avec le centre. Cela était dans le but de donner à la communauté un mode de transport moderne qui puisse assurer la navette de manière moderne et rapide.

Il fallait un trajet qui dure moins de trente minutes, en profitant des différents nœuds du réseau urbain et ayant une liaison avec les rails qui desservaient la région. Bien entendu, il fallait que les départs et les arrivées soient coordonnés avec les autres lignes en activités. Les travaux ont duré 3 ans, pour se terminer en 2010 avec les infrastructures que nous connaissons aujourd’hui.(saintsorlindarves.com)


Le Rhônexpress et ses investisseurs


Ainsi, cinq entités forment le consortium chargé de mettre en œuvre le projet, à partir de 2007. Nous y retrouvons ainsi le Groupe Vinci, présent dans le domaine international du transport, par ses infrastructures et ses constructions spécialisées. Il y a aussi Transdev, une multinationale française qui officie aussi dans les transports en commun.

La Caisse des Dépôts et consignations possède les parts les plus importantes, avec 36 %. Il y a aussi la présence de partenaire industriel telle que Cegelec, que l’on sait maîtriser le domaine de l’électricité, ce que l’on comprend quand on sait que le Rhônexpress fonctionne avec un courant continu de 750 volts. Enfin, il y a Vossloh, qui est spécialisé dans les équipements utilisés pour les voies ferroviaires.

Nos articles